• Intervention sur le futur Plan Régional d’Economie circulaire

    Après lecture de la Stratégie 2025 présentée par le Gouvernement bruxellois le 16 juin dernier, je souhaitais revenir sur le Programme Régional d’Economie Circulaire qui fait partie des nombreux objectifs présentés dans le document.

    Tout d’abord, je souhaitais féliciter le gouvernement d’avoir fait du Programme Régional d’Economie Circulaire (PREC) l’un des objectifs principaux de la Stratégie 2025. De plus, mon groupe et moi-même se félicitons de voir votre engagement et celui du Ministre Gosuin pour faire de Bruxelles, une région modèle en matière d’EC en développant « une vision stratégique et opérationnelle de l’environnement en tant que ressource créatrice d’emplois locaux ».

    Comme vous, Madame la Ministre, je suis intimement convaincu que nous devons poser les bases de nouveaux modèles de développement économique, social et environnemental et, à ce titre, je ne peux que vous encourager à soutenir toutes les initiatives, tant publiques que privées, qui favorisent cette transition. Il est dorénavant indubitable que le modèle linéaire relève du passé. Il me semble dès lors crucial qu’en tant que responsables politiques de notre Région, nous devons prendre de l’avance et montrer l’exemple en saisissant l’opportunité de faire de Bruxelles un exemple planétaire en matière d’EC.

    Je suis conscient que la Stratégie 2025 est un document cadre qui s’inscrit sur une période de 10 ans et que des précisions seront inévitablement apportées lors de l’élaboration des différents chantiers prévus. Néanmoins, je souhaitais revenir sur certains points et interrogations qui, à mon sens, méritent une attention toute particulière du gouvernement.

    J’en viens à mes questions :

    Dans l’esprit du symposium et de la journée d’ateliers participatifs organisés par BE, la stratégie 2025 invite les différents acteurs publics et privés à se concerter afin de permettre d’identifier les leviers et les secteurs prioritaires. Il est en effet essentiel de placer la concertation au centre du processus de transition, notamment par une approche bottom-up qui permettra de mieux connaître les réalités de terrain et de soulever les difficultés que des entreprises, petites ou grandes, peuvent rencontrer.

    – A ce titre, je voudrais savoir à quelle fréquence auront lieu ces réunions entre les différents acteurs et comment comptez-vous informer les publics intéressés de cette initiative?

    – Comment la sélection des « acteurs » et « secteurs » se fera-t-elle ?

    – Sur quels critères ?

    De plus, la stratégie 2025 mentionne un plan de communication. Il est en effet nécessaire d’informer au plus tôt les citoyens de la nouvelle tournure que prendra notre Région et des conséquences qui y seront liées. Nous parlons d’une réelle révolution et à ce titre, il me paraît indispensable de conscientiser les Bruxellois, surtout les plus jeunes, sur l’enjeu et les opportunités qu’offre l’EC. Il serait dommage que seuls les acteurs directement concernés soient informés et sensibilisés.

    – A qui votre plan de sensibilisation s’adresse-t-il?

    – Différents types de communication, selon les publics concernés, seront-ils utilisés ?

    – Disposez-vous déjà d’un agenda relatif à ces campagnes de communication ?

    Par ailleurs, je souhaitais vous interroger sur la manière dont va se mettre en place la plateforme web destinée à encourager les interactions, le suivi et les échanges entre les acteurs.Cette question a fait l’objet de nombreux débats lors des ateliers participatifs de la journée du 10 juin. En effet, de nombreux acteurs présents ont confirmé leurs inquiétudes sur la forme que devait prendre cette plateforme. Il est en effet indispensable de créer un tel réseau d’échange afin de faciliter les contacts entre les acteurs.

    – Toutefois, avez-vous plus de précision sur la manière dont sera gérée cette plateforme ?

    – Quel organisme prendra en charge sa gestion ?

    – Comment les autorités régionales participeront à cette plateforme et le cas échéant dirigeront ou soutiendront les initiatives qui en naissent ?

    En outre, concernant les 10 nouveaux quartiers et de la Zone du Canal, le Gouvernement prévoit d’y inclure des logiques issues de l’EC.

    – Pouvez-vous nous donner plus de précisions sur la manière dont l’EC sera intégrée aux projets ?

    – Aussi, comptez-vous privilégier les entreprises bruxelloises sur ces différents projets ?

    Enfin, en matière de concertation, prévoyez-vous de prendre contact avec les autres Régions du pays et le fédéral afin de coordonner les actions des différents gouvernements et d’avoir une politique cohérente au niveau national ? Des actions concertées avec la Flandre, la Wallonie et le gouvernement fédéral me paraissent essentielles puisque l’EC n’a pas de frontière et impliquerait dans l’idéal une politique harmonisée sur l’ensemble du territoire national.

     Réponse de la Ministre:

    La Ministre de l’Environnement, Céline Frémault, a rappelé dans sa réponse la volonté du gouvernement de renforcer l’alliance Emploi-Environnement et d’augmenter la capacité des entreprises bruxelloises à obtenir de nouveaux marchés en lien avec l’économie circulaire. Le futur Plan Régional d’Economie Circulaire vise à redynamiser l’économie bruxelloise notamment par une approche bottom-up qui reste fondamentale pour la Ministre. Un point particulier sera mis sur l’enseignement et la formation. De plus, en vue d’avoir une cohérence au niveau national, des ministres issus d’autres gouvernements régionaux seront associés à ce processus de transition vers une économie circulaire.

    Bruxelles Environnement travaille à développer des synergies entre les acteurs, notamment en matière de traitement des déchets. L’économie sociale devra être un acteur et sera soutenue par le Gouvernement bruxellois.

    Concernant le budget du PREC, il faudra attendre le budget 2016 pour connaître le montant alloué à l’EC. En effet, le PREC sera finalisé et présenté au Gouvernement pour la fin de l’année 2015. D’ici là, le rythme des rencontres entre les différents acteurs se fera en fonction des différents chantiers prévus.

    En matière de communication et de sensibilisation, la Ministre assure que le Gouvernement veillera à introduire un changement de comportement des citoyens afin qu’ils soient mieux informés des opportunités qu’offre l’EC.

    Enfin, concernant la forme que devrait prendre la plateforme destinée à encourager les interactions entre les acteurs, la Ministre ne peut pas encore se prononcer. Elle sera basée sur les conclusions des travaux de BE et des chantiers participatifs organisés par cette dernière.