• Accessibilité de la STIB aux PMR : Julien Uyttendaele interroge le Ministre Smet sur le suivi d’une Résolution parlementaire

    Le 6 juillet 2016, à la suite d’un test de situation organisé sur le réseau de la STIB par l’association CAWaB – auquel j’ai participé avec des députés de la Commission infrastructure -, le Parlement avait adopté une Résolution relative à l’accessibilité des infrastructures et équipements de la STIB aux personnes avec un handicap, ayant donc une mobilité réduite. 8 mois après où en sommes-nous?

    Uyttendaele - PMRCommençons par un rappel de ce que cette résolution demandait au Gouvernement de la Région :

    • prendre en considération les besoins des personnes à mobilité réduite en fixant des objectifs clairs assortis de délais ;
    • prévoir, lors de tout choix politique en matière d’adaptation des infrastructures de la STIB, une évaluation de ses impacts potentiels sur l’accessibilité et la sécurité des personnes à mobilité réduite, sur la base d’une consultation des acteurs du secteur ;
    • associer plus spécifiquement les personnes à mobilité réduite à l’enquête de satisfaction de la STIB ;
    • intégrer, dans tous les projets de la STIB, la question de l’accessibilité de façon transversale grâce à une responsabilisation de tous les intervenants et à une coordination spécifique menée par une personne désignée à cet effet ;
    • généraliser les adaptations matérielles des transports en commun aux besoins des personnes à mobilité réduite ;
    • planifier la résolution des difficultés que constituent les lacunes horizontales et verticales entre le quai et la rame de métro ;
    • mettre en conformité́ les rampes automatiques dont la disposition est inadéquate et rend impossible l’accès aux trams T3000 et T4000 ;
    • étudier la possibilité́ de donner accès au même bus, tram ou à la même rame à plusieurs utilisateurs à mobilité réduite en chaise roulante ;
    • étudier la possibilité d’équiper les stations de métro de plus d’un portique accessible aux personnes à mobilité réduite ;
    • améliorer le service d’assistance dans le métro en faisant correspondre la disponibilité de l’assistance aux personnes à mobilité réduite à l’horaire d’ouverture du métro ;
    • réviser le processus de vérification du matériel roulant, afin d’accorder une attention effective au bon fonctionnement des équipements d’accessibilité (rampes, boutons d’appel …) ;
    • améliorer le service porte-à-porte Taxibus par l’adaptation du système de réservation sur internet pour les personnes ayant un déficit auditif, la gestion raisonnable des regroupements de passagers pour réduire l’allongement des trajets, l’ouverture du service les dimanches et jours fériés ou la révision des conditions d’accès au service ;
    • d’améliorer les informations utiles à destination des personnes à mobilité réduite par une actualisation du site internet et de l’application mobile de la STIB, par le relais des informations d’urgence par écrit pour les personnes présentant une déficience auditive, par le positionnement de la signalétique, et par la formation et la sensibilisation du personnel des Bootik ;
    • diffuser une information correcte, fiable et mise à jour en temps réel, notamment pour ce qui concerne les accès de chaque station et la disponibilité des ascenseurs, via le site internet de la STIB, l’application mobile, ainsi que via une signalétique aux accès de chaque station, afin de diriger une personne à mobilité réduite vers une entrée accessible ;
    • prévoir une signalétique plus lisible afin de permettre aux personnes à mobilité réduite d’accéder plus facilement à leur moyen de transport ;
    • ouvrir une ligne téléphonique non surtaxée aux personnes à mobilité réduite pour toutes les questions liées à l’accessibilité ;
    • prendre en compte les personnes dites “déficientes intellectuellement” :
      • en prévoyant un traçage de lignes au sol de couleurs différentes en vue d’accompagner les    voyageurs vers leur métro, tram ou bus en commençant par les stations les plus fréquentées
      • en commençant par remplacer les sigles «M», «T» et «B» pour «Métro», «Tram» et «Bus»par des pictogrammes ;
      • en adaptant l’ergonomie des bornes d’achat de titres de transport ;
    • établir une évaluation régulière sur des progrès et de l’amélioration de l’accessibilité des infrastructures de la STIB aux personnes à mobilité réduite au travers de données objectives;
    • présenter, tous les deux ans, au Parlement un rapport spécifique sur l’accessibilité du réseau pour les personnes à mobilité réduite.

    Bien que je suis conscient de l’immense travail qui est encore à accomplir, j’ai demandé au Ministre Pascal Smet de m’informer quant aux avancées du Gouvernement concernant ces différentes dispositions.

    J’ai, par exemple, demandé comment sera pris en compte la dimension du handicap dans le cadre de l’achat des nouveaux bus hybrides. Les bus, actuellement en circulation, ne sont pas toujours adaptés pour un accueil optimal des personnes à mobilité réduite. A de nombreuses reprises, ces personnes se voient refuser l’accès au bus en raison de problèmes techniques liés à l’élévateur, la hauteur du trottoir, à la cadence que doivent respecter les chauffeurs ou encore au manque de formation de ces derniers. J’ai donc demandé qu’est ce qu’il en était des bus et trams actuellement en circulation.

    De plus, j’ai interrogé le Ministre pour savoir si une maintenance plus régulière des élévateurs avait été mise en place et si la formation des chauffeurs à ce dispositif avait été accrue.

    J’ai également demandé si un audit des travaux à accomplir avait été réalisé, concernant les arrêts de bus, de tram et de métro et dans l’affirmative si un un calendrier des travaux avait été fixé.

    J’ai interrogé le Ministre pour connaître l’état d’avancement des travaux dans les stations de métro, afin de  les rendre toutes accessibles au PMR.

    Concernant les “Assistants PMR” dans les stations, j’ai demandé si leurs horaires avaient été modifiés, afin de les faire correspondre aux horaires de fonctionnement du métro.

    Concernant le site internet de la STIB et son application mobile, j’ai demandé si une mise à jour avait été effectuée en vue de pouvoir notifier en temps réel à ces usagers spécifiques les informations urgentes, comme la panne ou la maintenance d’un ascenseur.

    J’ai interrogé le Ministre pour connaître l’état d’avancement des réflexions relatives à l’amélioration de la signalétique, des bornes d’achat de titres et des marquages au sol en station, notamment pour les personnes souffrant d’une déficience intellectuelle.

    Enfin, j’ai demandé de m’indiquer où en étaient les discussions relatives à l’ouverture d’une ligne non surtaxée aux PMR pour toutes les questions relatives à l’accessibilité du réseau STIB.

    Dans sa réponse, le Ministre a indiqué avoir lancé une étude stratégique relative à la mise en accessibilité du réseau à échéance de 10 ans. Cette étude, confiée à un consortium dirigé par le bureau Stratec, a démarré le 23 janvier 2017. Elle est dirigée par Bruxelles-Mobilité qui y travaille en collaboration avec le département Accessibilité de la STIB.

    L’évaluation des impacts potentiels des changements d’infrastructures sur l’accessibilité et la sécurité des personnes à mobilité réduite est prévue au travers de différents documents de références externes (ex : RRU, normes diverses) et internes (ex : plan de normes des arrêts).

    Le Ministre nous a également informé que les nouveaux autobus hybrides seront conformes au Règlement R107, version en vigueur au moment de la livraison du véhicule à la STIB. Il rappelle que les spécifications STIB sont plus sévères que le Règlement R107 pour ce qui concerne le nombre de places assises destinées aux personnes à mobilité réduite (4 demandées dans le Règlement R107 et 6 demandées dans le cahier de charge de la STIB). Elles devront, en outre, être disposées directement sur le plancher contrairement aux dispositions du Règlement R107 qui autorise des estrades.

    Depuis 2016, dans le cadre des développements d’AccessiBus, la STIB a augmenté les fréquences de maintenance préventive des rampes dans ses bus. Par ailleurs, la STIB a passé une commande en janvier 2017 pour 31 rampes PMR, afin d’équiper sa flotte de bus Citaro D1. Les véhicules concernés seront adaptés d’ici la fin de l’année.

    En 2016, toujours dans le cadre des développements d’AccessiBus, l’ensemble des chauffeurs de bus (environ 2000 agents) a bénéficié d’un rappel de formation à l’utilisation de la rampe d’accès. Bien que non utilisées, les rampes des trams sont également maintenues.

    Le Ministre Pascal Smet indique qu’un audit de l’accessibilité de l’ensemble des arrêts et stations a été établi par la STIB et la Région, notamment dans le cadre du plan d’accessibilité de la voirie et de l’espace public (PAVE). Les données sont transmises au consortium en charge de l’étude stratégique commandée par Bruxelles-Mobilité, en vue d’établir un plan d’actions concret et chiffré. Certaines situations problématiques seront toutefois prises en compte plus rapidement dans le contexte des travaux d’aménagement réalisés en permanence en vue d’améliorer le réseau de surface.

    En 2016, les ascenseurs des stations Arts-Loi, Mérode, Louise, Gribaumont et Georges-Henri ont été mis en service par la DITP (Direction de l’Infrastructure des Transports publics). Cela porte à 45 le nombre de stations donc les quais sont accessibles[1].

    Le service d’assistance aux personnes à mobilité réduite dans les stations sera prochainement utilisable dans les mêmes tranches horaires que celles du personnel, soit de 7h à 22h.

    Le Ministre a demandé d’intégrer toutes les informations disponibles et utiles par rapport à l’accessibilité PMR dans l’application générale de la STIB. Les données/informations sur les pannes et/ou maintenances d’un ascenseur ne sont à l’heure actuelle pas disponibles en temps réel sur le site internet et l’application mobile de la STIB. La possibilité d’intégrer dans le futur ce type de données sur la plateforme Open data de la STIB est mise à l’étude.

    Pascal Smet souligne que la signalétique actuelle a été définie il y a plusieurs années en concertation avec le secteur associatif.

    Un projet d’acquisition de nouveaux automates de vente est en cours. Outre le fait que les automates de vente font partie d’un panel de solutions d’acquisition de titres, une industrie spécifique, comme la STIB, veille à ce que le logiciel soit particulièrement ergonomique. Comme la STIB s’y est engagée au travers de son contrat de gestion notamment, le secteur associatif sera consulté dans le cadre d’éventuels nouveaux projets.

    Une ligne téléphonique non surtaxée, ouverte pour toutes les questions d’accessibilité, est en place depuis 2014. Elle est principalement utilisée pour réserver TaxiBus et l’assistance en station.

    En ce qui concerne les difficultés constituées par les lacunes horizontales et verticales entre le quai et la rame de métro, il a été convenu en 2012, dans le cadre du projet d’automatisation du métro, de veiller à la réduction des lacunes au niveau de 100% des portes PMR. Par ailleurs, 80% de l’ensemble des portes devront afficher des valeurs de lacunes ne dépassant pas 30mm en vertical et 70mm en horizontal.

    Le Ministre nous confirme que la STIB n’est pas opposée par principe à donner accès à plusieurs usagers en fauteuil roulant à un même véhicule. Cependant, les exigences de sécurité (Safety), tant pour l’usager en fauteuil roulant que pour les autres occupants du véhicule, imposent, pour l’instant, de limiter le nombre de personnes en fauteuil en fonction des espaces spécifiquement prévus. Toutefois, il n’est pas prévu pour l’instant d’équiper les stations de métro de plus d’un portique accessible aux personnes à mobilité réduite. Les sas existants permettent la circulation des personnes dans un sens comme dans l’autre, de la même manière qu’un ascenseur.

    La possibilité de réserver son déplacement grâce au service Taxibus, en passant par internet, est offerte aux voyageurs depuis l’automne 2015. Cela rend donc possible une réservation, en toute autonomie, pour les personnes déficientes auditives. Quant au temps de présence à bord, le logiciel de gestion spécifique est paramétré pour ne pas dépasser une valeur raisonnable définie au moment de la mise en service avec plusieurs acteurs.

    L’ouverture du service les dimanches et jours fériés ainsi que la révision des conditions d’accès au service ne sont pas à l’agenda. La STIB accorde la priorité à l’absorption de l’importante croissance de la demande, en respectant l’enveloppe budgétaire allouée et, autant que possible, sans refuser de voyages.

    Un travail de clarification de l’information destinée aux personnes à mobilité réduite a été effectué sur le site internet de la STIB. Par ailleurs, depuis quelques années, les guichets vitrés des BOOTIK sont équipés de boucles à induction magnétique, de manière à faciliter la communication entre les agents de vente et les personnes malentendantes.

    Enfin, le Ministre nous a informé qu’un tableau de bord de l’accessibilité des infrastructures de la STIB aux personnes à mobilité réduite est en cours d’élaboration au sein de la STIB.

    Voilà une mise au point importante qui montre à la fois les engagements réels du Ministre et du Gouvernement et aussi combien le travail parlementaire permet de dresser un bilan en cours de processus, mais aussi de suivre et de contrôler l’action du Gouvernement.

    [1] Les stations de pré-métro sont bien concernées par ce programme. Les ascenseurs sont en cours d’installation dans les stations Diamant, Trône et Delta. Les permis d’urbanisme ont été obtenus pour les stations Clemenceau, Simonis, Madou, Bourse et Vandervelde. Les travaux sont en préparation.

    Les permis d’urbanisme pour l’installation d’ascenseurs ont été introduits pour les stations Parc et Porte de Hal. Des études sont en cours pour les stations Stuyvenbergh, Beekkant, Boileau, Thieffry, Jacques Brel, Gare du Nord, Horta, Hôtel des Monnaies, Montgomery, Roodebeek, Anneessens et Ribaucourt. Les travaux pour rendre la station Albert accessible au PMR seront réalisés dans le cadre du programme Nord-Albert mené par le SSE-STIB. Les études sont bien en cours et le démarrage des travaux est prévu à partir de 2018.

     

     

2 Comments

  1. Pascal-Daddy says: 8 mars 2017 at 17 h 55 minRépondre

    Je suis étudiant à l’université Saint à Bruxelles … je fais un travail de fin d’études sur la question de l’accessibilité aux transports par l’es personnes à mobilité réduite en région de Bruxelles -capital.
    Puis-je avoir les différents textes légaux et réglementaires qui traitent de la question ? sinon les références et orientations utiles?