• La “Brussels Tech” s’invite au salon de Las Vegas

    Le Consumers Electronics Show 2018 s’est tenu du mardi 9 au vendredi 12 janvier dernier. Près d’un an après ma précédente interpellation sur le sujet, j’ai à nouveau interrogé la Secrétaire d’Etat Cécile Jodogne sur ce qui constitue sans aucun doute le plus grand rendez-vous dans le domaine des nouvelles technologies.

    Ce show rassemble à Las Vegas plus de 4000 exposants provenant de 153 pays répartis sur les 24 hectares que couvrent les implantations du CES. C’est dire le gigantisme de cet événement et son importance mondiale dans le domaine des technologies électroniques.

    Comme je le soulignais lors de ma précédente interpellation en février 2017, le CES, le salon de la NAB et d’autres évènements dédiés aux nouvelles technologies offrent à nos entreprises une opportunité de se faire connaître et de nouer des contacts, mais aussi d’attirer les investisseurs potentiels. En se confrontant à la concurrence et en découvrant ce qui se fait ailleurs dans ce domaine, ces salons constituent des évènements stratégiques pour le développement technologique de nos entreprises et pour la promotion de leur savoir-faire au-delà de nos frontières. C’est à mon sens la meilleure occasion de voir les tendances actuelles et à venir en termes d’orientations des entreprises innovantes.

    Dans ma première interpellation à ce sujet, j’avais interrogé la Secrétaire d’Etat pour savoir si une délégation de la Région bruxelloise était présente au CES 2017, si des soutiens financiers et des campagnes d’informations étaient organisées pour promouvoir ce type d’événement auprès de nos entreprises. Cécile Jodogne avait alors informé la Commission que peu d’entreprises bruxelloises avaient manifesté leur envie de participer à l’édition 2017 du CES et que de ce fait BIE n’avait pas de stand regroupant les entreprises bruxelloises.

    Si en 2017 aucune participation collective n’était organisée par les agences régionales de promotions des exportations, cette année l’AWEX a décidé de tenter l’aventure. Bien que la présence wallonne puisse paraître modeste en comparaison par exemple avec la « French Tech », ce sont tout de même 14 entreprises (neuf PME et cinq start-up) qui ont participé à l’édition 2018. Une petite dizaine d’entreprises belges ont également participé de manière individuelle. Cela démontre un intérêt grandissant de nos entreprises pour ce type d’évènements.

    Par sa participation, l’Awex mais également l’Agence du numérique et deux clusters (Twist et Infopole TIC) ont décidé de miser gros sur l’édition 2018. En effet, la participation à cet événement et loin d’être gratuite. Malgré cela, la présence à ce type d’événement technologique peut également rapporter gros en termes de visibilité et d’investissement. Le projet Riiot Labs qui pour rappel a développé un analyseur intelligent de piscine baptisé Blue, est né suite à la participation de ses inventeurs au CES de Las Vegas. Ce projet a même décroché un award et en juillet 2017 un investisseur espagnol mettait plus de 3 millions d’euros pour acquérir Riiot Labs. Ce n’est qu’un exemple, certes, mais il démontre les répercussions que peuvent entrainer la participation à ce type d’événement.

    J’en ai profité pour poser plusieurs questions à la Secrétaire d’Etat. Je lui ai demandé si une campagne d’information avait été organisée pour informer et sensibiliser les entreprises bruxelloises à l’intérêt de participer à l’édition 2018 du CES. Je lui ai également demandé si des entreprises bruxelloises avaient manifesté leur envie de participer à l’édition 2018 du CES et si des entreprises bruxelloises avaient effectivement participé à l’édition 2018.

    J’ai demandé à Cécile Jodogne si des soutiens financiers avaient été donnés aux entreprises afin de participer au CES 2018.

    Enfin, la Secrétaire d’Etat m’avait précédemment informé qu’il existe deux types d’aides auxquelles les entreprises peuvent faire appel et qu’elle était occupé à retravailler l’arrêté régissant les aides à l’exportation afin d’en raccourcir les délais d’introduction et de les rendre plus flexibles via l’utilisation de forfaits. Je lui ai donc demandé à quelle étape nous en étions et si une date pécise pouvait déjà être communiquée.