• Bientôt un réseau cyclable digne d’une capitale ?

    Ce 5 novembre, en Commission Mobilité, j’ai interrogé la Ministre Elke Van de Brandt sur  la lisibilité du plan du réseau cyclable bruxellois.

    En effet, en matière de mobilité cycliste, nous parlons souvent de « réseau décomplexé » et c’est évidemment une nécessité.

    Notre DPR annonce que « le Gouvernement établira, en début de législature et en partenariat avec les associations de cyclistes, un plan ambitieux d’investissements spécifique aux infrastructures cyclistes et procédera à l’aménagement systématique d’infrastructures cyclables séparées sur les grands axes régionaux et les voiries où le gabarit le permet. Le but est d’arriver à un réseau à maillage fin, confortable, sûr et continu. L’objectif du Gouvernement est de doubler la part modale du vélo en 5 ans, notamment en visant la réalisation de pistes cyclables supplémentaires et le bouclage du réseau ICR ».

    Lors de la « Semaine de la mobilité », rappelez-vous, la RTBF[1] avait donné la parole à plusieurs personnalités actives sur le terrain de la mobilité dont Madame Florine Cuignet du Gracq (Groupe de Recherche et d’Action des Cyclistes Quotidiens).

    Celle-ci observait qu’un des freins au plan de déploiement cycliste reste bel et bien la voiture, en surnombre et également en danger potentiel, en raison de la trop haute vitesse pratiquée, par nature accidentogène.

    En saluant le projet politique de passer en « Zone 30 », elle observait aussi que le projet de doubler le nombre de cyclistes à Bruxelles en cinq ans est, en réalité, en phase avec le plan 2030 qui envisage de quadrupler les déplacements à vélo et elle notait aussi que l’importance était de donner une vraie place aux cyclistes, en sorte de diminuer les tensions avec les automobilistes, surtout dans les situations de « bouchons » et de files où les comportements cyclistes peuvent, de fait, devenir très inattendus et provoquer de graves insécurités.

    Il faut aussi nous rappeler qu’en septembre 2010, le gouvernement avait adopté́ son plan régional de déplacements, en faisant du vélo non pas « uniquement une question de mobilité́ mais aussi une question d’environnement, de développement social, économique et urbanistique »[2].

    Le Plan de mobilité́ IRIS II avançait ceci : « D’ici 2020, pas moins de 20 % des déplacements mécanisés doivent se faire à vélo, alors que le nombre de kilomètres effectués par les voitures doit diminuer de 20 % à l’horizon 2018. »[3]

    Le plan insistait aussi sur l’interaction du module « cycliste, piéton et transport public », mais aussi sur le besoin de monitoring, l’importance de la sécurité́ à vélo, la formation et l’éducation des cyclistes et, bien entendu, sur la question des infrastructures pour les vélos.

    Bien entendu, la mandature précédente a vu de grands acquis en matière de mobilité douce et il faut en savoir gré à l’Exécutif et aux administrations compétentes.

    Le développement des Itinéraires Cyclables Régionaux est effectivement dense et il offre des cheminements recommandés pour des déplacements le plus sécurisés, via une ou plusieurs communes, ce qui est évidemment un précieux outil.

    A cet égard, Bruxelles Mobilité publie une carte vélo qui reprend toute une série d’informations destinées aux cyclistes : le relief, les aménagements cyclables existants, les pistes cyclables unidirectionnelles ou bidirectionnelles, les sens uniques limités, les zones piétonnes, les itinéraires cyclables régionaux et communaux, les emplacements de stationnement pour vélos, et on pourrait ajouter beaucoup d’autres données.

    Il existe aussi un vadémécum vélo[4], très utile pour l’aménagement des contresens et il se présente comme un « soutien technique à tous les acteurs engagés dans le développement de l’usage du vélo à Bruxelles, en particulier pour l’amélioration de l’infrastructure cyclable » et « largement illustré, il propose aux gestionnaires de voirie une série de solutions concrètes d’aménagements adaptées à la majorité́ des situations rencontrées en ville »[5].

    Il n’en demeure pas moins que la mise en œuvre pratique des pistes cyclables à Bruxelles reste très complexe et que la question de la lisibilité du plan de mise en œuvre et également celle du choix de processus uniformes de marquage ou de signalétique relèvent souvent du cercle carré.

    Je pense aux pistes enrobées qui sont tantôt parfois rouges, parfois beiges, avec parfois des pochoirs de petits vélos, ou parfois avec un balisage par traits pointillés, en sorte que la mise en œuvre peut même différer sur la même voierie, d’un côté à l’autre.

    En Flandre, il est une autre pratique, bien plus volontariste, mise en œuvre par le balisage standardisé et uniforme de bandes de roulages beiges, même lorsque la largeur de la voierie ne permet pas une circulation séparée, de sorte que les voitures roulent au centre, sauf dans le cas où elles se croisent. Ce qui, en pratique, conduit les automobilistes à laisser instinctivement les bandes cyclistes libres lorsqu’elles ne sont pas contraintes de se déporter dessus.

    Ce type de marquage assumé est à notre sens une bonne pratique qui gagnerait à se systématiser à Bruxelles afin de favoriser la pratique du vélo et optimiser la lisibilité d’un espace public qui en a grandement besoin.

    A l’aune de ces considérations introductives, j’ai posé ces questions à la Ministre:

    • Existe-il d’autres documents de référence que le vadémécum vélo pour guider les gestionnaires de voieries ?
    • La lisibilité de l’espace accordé aux vélos dans l’espace public étant fondamental pour en sécuriser la pratique, une réflexion a-t-elle déjà été menée pour standardiser davantage la mise en œuvre des réseaux cyclables en RBC ?
    • Lors de la pose d’enrobages pour la création de bandes cyclables est-il décidé d’imposer une standardisation des couleurs (soit rouge, soit beige comme ces dernières années) ?
    • La standardisation de la mise en œuvre des ICR ou des pistes cyclables fortement utilisées sur base d’un enrobage unique au sol a-t-elle également décidée ?
    • Corollairement, une telle solution est-elle retenue en application à Bruxelles comme c’est le cas dans certaines communes flamandes de la périphérie même lorsque la largeur de la voierie est insuffisante et impose la cohabitation avec les voitures ?
    • Cette stratégie a-t-elle été adoptée pour toutes les rénovations de voieries régionales à venir ?
    • Un plan spécifique d’harmonisation du balisage au sol des ICR sur le même principe vous semble-t-il pertinent ?
    • Dans l’affirmative, des moyens budgétaires spécifiques sont-ils affectés à destination des communes afin d’accélérer cette harmonisation au profit d’une meilleure lisibilité de l’espace public et de la sécurisation des cyclistes ?

    Dans sa réponse, la Ministre a expliqué qu’il existe un inventaire des aménagements cyclables sur voiries régionales que l’on peut consulter sur la plate-forme régionale de données ouvertes (http://data-mobility.irisnet.be/mobigis), afin de visualiser les aménagements.

    Les pistes cyclables prioritaires et en cours de travaux se trouvent sur la chaussée de Mons au niveau du Centre d’enseignement et de recherches des industries alimentaires et chimiques (Ceria), sur la chaussée de Ruisbroek, la chaussée de Vilvorde, la rue des Palais entre le canal et la rue du Progrès et, bien sûr, la Petite ceinture, où les travaux se poursuivent évidemment.

    Pour les aménagements à réaliser pendant la législature, la programmation est en cours avec l’administration, notamment en fonction du programme des aménagements de voirie qui fait partie intégrante du projet de plan Good Move. À part les projets de pistes cyclables qui se retrouvent dans le programme des aménagements de voirie, le réseau vélo plus sera prioritaire. Ce réseau intègre les connexions interrégionales du RER vélo et les projets retenus par le gouvernement précédent dans son plan pistes cyclables 2015-2020. Il est en effet important de sécuriser tous les trajets.

    La comparaison avec la Wallonie est intéressante. En additionnant les différents budgets consacrés au vélo à Bruxelles, on constate que, depuis quelques années, leur montant est comparable à ceux prévus en Wallonie. Nos investissements en voirie atteignent près de 15 millions d’euros par an, auxquels il faut ajouter près de 3 millions de budgets investis dans les communes, 1 million de subsides versés aux associations de cyclistes, 1 million en campagnes de communication – par exemple Bike For Brussels – et 500.000 euros en frais de fonctionnement des différents points vélo. Le budget 2019 a été mis à jour et le budget 2020 sera prochainement présenté au parlement.

    L’entretien des pistes cyclables se fait sur la base d’un rapport quinquennal réalisé par un vélo-mesureur (outil développé par le Fietsersbond). Le premier rapport de ce type, réalisé en 2013, avait amené à la rénovation des pistes sur le boulevard Industriel, le quai de Willebroeck et l’avenue de Tervueren. Un nouveau rapport doit être réalisé durant cette législature et servira de base pour les entretiens futurs.

    Pour ce qui est des pistes cyclables discontinues, le plan pistes cyclables 2015-2020 avait fait l’inventaire des tronçons manquants dans le but de créer des infrastructures continues et cohérentes. Ces projets auront la priorité pendant cette législature, et certains d’entre eux feront l’objet d’aménagements plus rapides (sans parler de l’avenue de Tervueren). Cette analyse est importante à réaliser dans le but de donner la priorité à tous les tronçons manquants.

    La lutte contre le stationnement sauvage est un domaine qui relève des services de police, mais qui nous tient à cœur. La Région aide les zones de police à mettre sur pied des brigades à vélo pour cibler en priorité les comportements qui mettent en danger les piétons et les cyclistes. À certains endroits, les pistes pourront être physiquement protégées par des potelets ou d’autres types de séparation physique. Des nouveaux potelets ont ainsi été placés sur la Petite ceinture pas plus tard que ce week-end, où les pistes cyclables étaient utilisées comme places de stationnement pour les voitures. Elle espère qu’il sera possible de sensibiliser le public bruxellois au respect des pistes cyclables, y compris en l’absence de blocage physique. Les automobilistes doivent respecter la place légitime de chaque usager de la route.

    Il n’existe pas d’autre document pour les gestionnaires de voirie que le vadémécum vélo en Région de Bruxelles-Capitale, qui rassemble toutes les préconisations en matière d’aménagements cyclables et de Code de la route. Ce vadémécum rassemble plus de dix cahiers édités depuis 2005 pour couvrir tous les types d’aménagements.

    Le cahier 2 concerne les pistes cyclables marquées et les bandes suggérées, le cahier 9 présente les rues cyclables – en ocre ou beige – et le cahier 10 est consacré aux infrastructures séparées. Tous ces documents se trouvent en ligne sur le site de Bruxelles Mobilité. Ces cahiers permettent à tous les gestionnaires d’appliquer les mêmes règles, pour arriver à une uniformité. Le nouveau règlement régional d’urbanisme (RRU), en préparation, pourrait également intégrer certaines dispositions. Une harmonisation permettrait d’augmenter la lisibilité de la voirie pour les cyclistes à Bruxelles.

    Une mise à jour pour standardiser la mise est œuvre des réseaux cyclables sera opportune, compte tenu de l’évolution de la pratique du vélo. Celle-ci est inscrite dans le champ B1 du processus Good Move, que nous sommes en train d’adapter. Dans quelques mois, cette action pourrait être classée autrement. L’idée est d’uniformiser les pratiques de conception des projets dans l’espace public.

    Les cahiers 9 et 10 du vadémécum proposent de généraliser l’application de la couleur ocre aux rues cyclables et aux aménagements séparés de la chaussée. Les tronçons et les carrefours où il existe un risque de conflit avec la circulation motorisée sont mis en évidence avec une couleur rouge.

    La Minisitre pense que l’on pourra faire une évaluation de ce dispositif car l’ocre et le beige peuvent devenir gris. Mais, pour le moment, elle a fait le choix de l’ocre pour certains aménagements et du rouge lorsqu’il existe un risque. La standardisation de l’ocre pour les pistes cyclables est une recommandation du cahier 10 du vadémécum. Le nouveau RRU pourrait imposer ce standard.

    Les itinéraires cyclables régionaux (ICR) sont des itinéraires comprenant différents types de voiries et d’aménagements, principalement des rues locales qui ne pourraient être aménagées comme rues cyclables en ocre. Il n’existe pas de vadémécum spécifique pour l’aménagement des ICR. Une réflexion sur le balisage au sol des ICR est pertinente. Par contre, il s’agira plutôt de faciliter la lecture des directions et de la continuité de l’itinéraire, plutôt que de créer une continuité ocre. Le balisage horizontal d’un ICR se limite aujourd’hui à un double chevron accompagné de logos vélos. C’est Bruxelles Mobilité (BM) qui est chargée de ce marquage.

    Lors des rénovations de voiries régionales, la Ministre note qu’elle souhaite plutôt créer des infrastructures séparées de couleur ocre. D’ailleurs, les communes bruxelloises peuvent déjà faire appel à des budgets régionaux pour l’entretien et la création de marquages destinés aux cyclistes. Ce budget est de plus en plus utilisé, surtout depuis les dernières élections.

    Bien entendu, le vadémécum pourrait être revu. Cela mérite débat, et demandera du temps. Pour elle, l’enjeu consiste à aménager des pistes cyclables non pas pour les deux années à venir, mais bien pour les dix ou vingt prochaines années, ce qui demande parfois une vision à plus long terme et des pistes cyclables beaucoup plus larges que celles qu’on aménage aujourd’hui.

    La Ministre est en tout cas bien décidée à mettre en route prioritairement le réseau express régional vélo (RER-vélo) et de mener à bien l’analyse des tronçons qui posent encore des problèmes, selon les annonces du plan Good Move.

    Dans ma réponse, je me suis réjouis de cette volonté manifeste d’harmonisation, qui ne serait pas un luxe dans notre Région. J’ai dit aussi qu’il me semble ne pas avoir obtenu de réponse à ma question concernant la solution développée en Flandre et consistant en un balisage standardisé et uniforme, même quand la place est insuffisante pour rouler dans les deux sens. J’ai donc redemandé si cette solution a été prise en considération par la Région bruxelloise.

    La Ministre a demandé un temps d’enquête et d’information et m’a promis de revenir sur cette question ! Elle veut savoir si cette solution, adoptée au Pays-Bas, est possible dans notre Région et si ceci n’aurait pas comme enjeu de modifier la vision de ce qu’est une piste cyclable.

    Voici donc un dossier et une évaluation que je suivrai de très près, avec vous et pour vous!

     

    [1] https://www.rtbf.be/info/regions/detail_semaine-de-la-mobilite-le-frein-numero-un-au-developpement-du-velo-a-bruxelles-c-est-la-voiture?id=10316304&fbclid=IwAR3D1Il3xJGF2Dx_XAgZGgNZF5iV9tseF_FQ4Ze21YV9NWoLEvgbikfY1NE

    [2] https://mobilite-mobiliteit.brussels/sites/default/files/fietsplan-fr-def-web_.pdf en page 5.

    [3] Ibidem.

    [4] https://mobilite-mobiliteit.brussels/sites/default/files/vm-1-sul_fr.pdf

    [5] Idem, p. 3