• Vélos Cargos

    Vélos cargos : la mobilité alternative séduit de plus en plus

    Le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a lancé un appel à projets, similaire à ceux de 2019 et 2018, à l’attention des 19 communes bruxelloises pour la mise en œuvre de projets de « mobilité durable1 ».

    Lire la suite

  • Délocalisation call center STIB

    Quand la STIB délocalise à Madrid au désavantage des travailleurs bruxellois…et madrilènes!

    Nous avons pu découvrir, par voie de presse1, que les services d’assistance informatique de la STIB sont établis à Madrid, en Espagne, afin d’épargner certains coûts et d’optimiser le fonctionnement de l’entreprise. On apprend également que les conditions de travail des opérateurs de la société sous-traitante ne seraient pas reluisantes.

    Lire la suite

  • Par-delà la valse des opérateurs bruxellois de trottinettes, sommes-nous vraiment à l’abri d’une contamination par la Covid en les utilisant ?

    Les différentes mesures de confinement suite à la Covid-19 nous obligent à rester chez eux ou, du moins, à limiter drastiquement nos déplacements. L’ensemble des services de mobilité urbaine sont ainsi très impactés, notamment sur le plan des normes sanitaires destinées à éviter des modes de contagion. Ils  marquent aujourd’hui un retour, mais pourtant bien loin d’être fracassant.1 2 Qui fait donc quoi et comment sommes-nous en sécurité sanitaire? La réponse suit…

    Lire la suite

  • Covid-19

    Le Gouvernement bruxellois a soutenu son économie avec détermination. Petit rappel des critères de la “première vague”

    Un peu plus de 50 000 très petites entreprises (de un à cinq équivalents temps pleins) et indépendants de la capitale devaient recevoir une prime unique de 2 000 euros dans les semaines suivant la première vague de la pandémie. Comment cela a-t-il été mis en oeuvre? Retour dans les archives !

    Lire la suite

  • La filière de la pomme de terre n’a plus la patate… mais comment la soutenir en mangeant “Good Food” ?

    Durant cette crise, la presse s’est fait l’écho des difficultés rencontrées par la filière de la pomme de terre en période de pandémie, y compris à l’étranger. 1 2 3
    On y relaie l’appel aux belges à consommer des frites deux fois par semaine, afin de sauver les producteurs de pommes de terre. À l’origine de cet appel, une déclaration de Romain Cools, secrétaire général de l’organisme belge de l’industrie de la pomme de terre Belgapom :

    “Nous travaillons avec les supermarchés pour voir si nous pouvons lancer une campagne demandant aux Belges de faire quelque chose pour le secteur en mangeant des frites – en particulier des frites surgelées – deux fois par semaine pendant la crise des coronavirus.”

    Au delà de l’image d’Épinal et des clichés, se posent des questions économiques et sanitaires.

    Le problème est en grande partie dû à une baisse de la demande dans le secteur de la pomme de terre congelée, qui représente environ 75% de la transformation de la pomme de terre en Belgique.
    Les frites congelées appartiennent clairement à la catégorie des produits transformés et certainement pas à celles des produits frais et sains donc Good Food fait la promotion.

    J’ai donc demandé au Ministre ce qu’il pensait de cette situation compliquée…

    Dans sa réponde à ma question écrite, il m’a dit qu’a priori aucun producteur de pommes de terre situé en Région Bruxelles-Capitale ni hors de la région n’a sollicité l’aide du cabinet du Ministre.

    Contrairement à la Wallonie, aucune campagne de soutien au secteur de la pomme de terre en Région Bruxelles-Capitales n’a été réalisée ni même envisagée. Par contre, il est prévu une aide financière spécifique, sous la forme d’une prime, pour les entreprises actives dans la production primaire de produits agricoles et dans l’aquaculture en Région de Bruxelles-Capitale a été prévue.

    Concernant toutes les entreprises actives dans la production primaire, dont les pommes de terre, ce soutien à la production primaire est conforme à la stratégie Good Food.

  • Le service Villo ! et l’apport de l’assistance électrique. Premier bilan avec des chiffres à l’appui !

    Depuis le 29 novembre 2019 et après quelques mois de retard, l’entreprise française a déployé ses vélos à assistance électrique dans les rues bruxelloises.1 Ils font l’objet d’une formule d’abonnement annuel (renouvelable) de 34,70€, auquel il faut rajouter les 4,15€ mensuels pour la location de la batterie électrique. Il était temps de faire le point et j’ai interrogé la Ministre sur ce sujet.

    Lire la suite

  • Factures Villo!

    Les transports entre le domicile et le lieu de travail constituent une des sources de congestion automobile la plus évidente et sensible dans notre Région.

    À ce titre, l’utilisation des Villo! et a fortiori celle des e-Villo! constitueraient, pour certains travailleurs, une alternative intéressante.

    À l’heure actuelle, JC Decaux prévoit des formules pour les entreprises désirant offrir un abonnement à leurs salariés. Sauf erreur de ma part, rien de tel n’existe pour les indépendants sous le statut de « personne physique » qui, partant, ne pourraient recevoir une facture leur permettant de déduire l’abonnement dans le cadre de leurs frais professionnels.

    Cette absence constituerait alors un frein à l’utilisation pour des raisons professionnelles du réseau Villo!.

    Suite à mes questions, JC Decaux a confirmé qu’il n’est pas prévu que ces indépendants « personnes physiques » reçoivent automatiquement une facture indiquant leur numéro de TVA/numéro BCE lors de la souscription à un abonnement Villo, mais qu’il est toutefois toujours possible de prendre contact avec le call center de Villo pour demander la facture en question.

    Pour JC Decaux le justificatif téléchargeable sur le site internet de Villo ou via l’application est déjà suffisant (à titre de comparaison avec le justificatif de taxi qui n’indique pas non plus le numéro de TVA).

    Y aurait-il une f(r)acture entre “indépendants en personnes physique” et sociétés ? On est vraiment en droit de se le demander!

  • Carsharing en free floating

    Drive Now leaves Now !

    Nous avons appris cette semaine que l’opérateur Drive Now allait quitter notre Région au 1er mars prochain. J’ai interrogé la Ministre qui a partiellement répondu à mes questions en commission mobilité du 14 janvier 2020.

    Lire la suite

  • Le rayonnement de la tech bruxelloise

    Soucieux de la visibilité des entreprises Bruxelloises, j’ai demandé au Ministre de me communiquer les informations et données pour chaque foire organisée à l’étranger dans des domaines relatifs aux hardware, software, IoT, téléphonie (tels que les salons Mobile World Congress, le VivaTech ou le Web Summit, CES, Techcrunch Disrupt…).

    Les données suivantes sont basées sur les dossiers introduits depuis le 1er janvier 2018, date d’entrée en vigueur de l’Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 19 juillet 2017 portant exécution de l’ordonnance du 13 janvier 1994 relative à la promotion du commerce extérieur.

    Les salons repris ci-dessous l’ont été sur la base de la liste mentionnée dans la question et des actions organisées par Hub.brussels. Il est néanmoins possible qu’il y ait encore d’autres salons dans le domaine IT pour lesquels des entreprises ont introduit une demande de subside, vu que BEE n’a pas la possibilité technique de sérier les salons sur la base de leur domaine.

    • CES
      – 1 demande (2018)
      – 1 octroi
      – 4.261,50 EUR
      – Secteur IT
    • Fintech
      – 1 demande (2018)
      – 1 octroi
      – 2.778,88 EUR
      – Secteur IT
    • Gitex
      – 7 demandes (5 en 2018 et 2 en 2019)
      – 5 octrois
      – 2.545,25 EUR en moyenne par dossier
      – Secteurs : IT, Conseils de gestion, Services d’informationsIBC
      – 7 demandes (6 en 2018 et 1 en 2019)
      – 6 octrois
      – 4.529,66 en moyenne par dossier
      – Secteurs : IT, Télécommunications, Edition de logiciels
    • Laval Virtual
      – 1 demande (2019)
      – 1 octroi
      – 1.464,71 EUR
      – Secteur IT
    • MWC
      – 14 demandes (7 en 2018 – 7 en 2019)
      – NB : une demande avait été introduite pour l’édition 2020, mais a été classée sans suite à la demande de l’entreprise suite à l’annulation du salon
      – 10 octrois
      – 5.459,66 EUR en moyenne par dossier
      – Secteurs : IT, Conseils de gestion
    • Smart city expo world congress
      – 1 demande (2019)
      – 1 octroi
      – 1.200 EUR
      – Secteur: Commerce de gros d’équipement et de composants électroniques et de télécommunication
    • TechCrunch
      – 4 demandes (1 en 2018 et 3 en 2019)
      – 4 octrois
      – 2.623,13 EUR en moyenne par dossier
      – Secteur : IT
    • Viva Tech
      – 1 demande (2018)
      – 1 octroi
      – 12.500 EUR
      – Secteur : Conseils de gestion
    • Websummit
      – 11 demandes (2 en 2018, 5 en 2019 et 4 en 2020)
      – 11 octrois
      – 1.654,20 EUR en moyenne par dossier
      – Secteurs : IT, Conseils de gestion
  • Mobile World Congress

    Face au nombre de défections des participants, liées à la crainte de la propagation du coronavirus, le Mobile World Congress (MWC), prévu à Barcelone du 24 au 27 février, a finalement été annulé1, ce mercredi 12 février.

    Le paiement des aides2 allouées dans le cadre de voyages de prospection et d’exposition durant une foire à l’étranger se déroulent en deux temps :

    Participation à la foire et conservation de toutes les factures et tous les tickets.

    Dans les 90 jours à partir de la clôture de la foire, demande de paiement de l’aide : envoi des factures et justificatifs des dépenses au gestionnaire de dossier.

    Sont également visés par les subsides les nuitées et les Forfaits pour les frais d’hébergement et de voyage par avion.

    Ces informations reprises dans la brochure d’information3 ad hoc, ne précisent pas les conditions en cas d’annulation.

    Si les frais de location d’emplacement sont pris en charge par le salon WMC dans ce cas de figure, d’autres postes comme certains billets d’avions sont non modifiables ni remboursables.

    En l’occurence Monsieur le Secrétaire d’État, pouvez-vous me dire :

    J’ai interrogé le Ministre sur des avances sur frais éventuelles et les conditions de remboursement des frais engagés pour les réservations non remboursables.
    Aucune avance sur frais n’est faite par Bruxelles Economie et Emploi (BEE) dans le cadre des incitants financiers octroyés pour la réalisation de voyages de prospection et pour la participation en tant qu’exposant à des foires à l’étranger.

    Concernant les entreprises qui ont déjà engagé des dépenses, BEE calculera son intervention (50 ou 75%) sur base des frais éligibles n’ayant pas fait l’objet d’un remboursement, pour autant que ces frais permettent d’atteindre le seuil minimum d’intervention de 500 EURO fixé par les articles 18 et 29 de l’Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale portant exécution de l’ordonnance du 13 janvier 1994 concernant la promotion du commerce extérieur de la Région de Bruxelles-Capitale du 19 juillet 2017.

     

    1 Coronavirus : le Mobile World Congress de Barcelone est annulé – Sandrine Morela – Le Monde – 13-02/2020
    3 Dopez vos activités à l’international les aides financières à l’exportation pour les pme bruxelloises – LES AIDES FINANCIÈRES À L’EXPORTATION POUR LES PME BRUXELLOISES