• Folon STIB Montgomery

    Folon dans le Metro. Quand l’art prend l’eau.

    On compte actuellement dans l’espace public en région Bruxelles-Capitale, 5 œuvres de Jean-Michel Folon dont quatre sculptures et une fresque.

    Cette dernière intitulée Magic City et située dans la station Montgomery, est en passe d’être rejointe par une seconde fresque : La ville magique, ce qui porterait à 6 le nombre d’oeuvres dans la Région et à 2 celui des œuvres présentes sur le réseau de la STIB.

    Magic City, l’oeuvre la plus ancienne de Folon installée à Bruxelles, est une gigantesque huile sur toile marouflée de 165 m2 fut installée au milieu des années 70. Surplombant la salle des guichets, elle offre une vision futuriste de la ville, noyée dans un ciel virant du rouge au bleu.1

    Mondialement connue et citée par le New York Times2, elle est a priori actuellement la seule œuvre reprise à l’inventaire du patrimoine mobilier3 4.

    La ville magique est quant à elle une composition en céramique de 1981, située à l’origine dans la cafeteria du siège du Crédit communal rue de Ligne à Bruxelles, un bâtiment racheté par la Ville de Bruxelles qui sera transformé en commissariat de police.

    Soucieuse de sa sauvegarde, la Ville de Bruxelles a sollicité la Fondation Folon pour donner un futur à l’œuvre. La Fondation Folon s’est tournée vers Bruxelles-Mobilité qui a accepté de prendre en charge les coûts de démontage, de restauration et de remontage de l’œuvre, pour la placer à l’horizon 2027.5

    Si de l’eau a coulé sous les ponts depuis 1976, date d’installation de la Magic City dans la station Montgomery, beaucoup d’eau a littéralement coulé sur la fresque. Les discussions et les projets se sont succédés jusqu’à aujourd’hui depuis plus de 20 ans (1991).

     

    • En 2004, des fonds sont budgétés pour une restauration6
    • En 2013, il est annoncé qu’une étude sera lancée en étroite concertation avec la Fondation Folon pour pouvoir procéder à la restauration complète de l’oeuvre sans attendre le chantier de rénovation de la station.7
      « Le local situé de l’autre côté de ce mur a été déshumidifié et un système de ventilation a été installé. Il semblerait que cela ait eu un effet positif sur les dégradations centrales de l’œuvre.En tout état de cause, les infiltrations sont toujours présentes.
      Des contacts ont été pris avec la fondation Folon ainsi qu’avec une restauratrice pour entrevoir la restauration de la fresque qui ne pourra être entreprise qu’après avoir résolu définitivement les problèmes d’eau.8
    • En 2014, des restaurations sont prévues dans la station Montgomery9
    • En 2016, il est annoncé en commission de l’infrastructure que « Les infiltrations constatées au niveau de l’oeuvre d’art Magic City de Jean-Michel Folon ont été réparées et rebouchées. » Les travaux de restauration se sont achevés la semaine précédant la-dite commission.10
    • En 2018, lors de la commission de l’Infrastructure du 18 juin11, on apprenait que l’origine des problèmes d’étanchéité provenant de la fontaine Montgomery, n’avait pas été trouvée.
      Les infiltrations ont provoqué des dépôts calcaires qui ont été nettoyés et un contrat de nettoyage des coulées éventuelles a été conclu pour trois ans en attendant de pouvoir restaurer la fresque.

    Enfin, plus récemment, on apprenait par voie de presse, que la station de métro Montgomery, va faire l’objet d’une rénovation en profondeur « dans les prochaines années12 », le début des travaux étant planifié pour début 2026 et devant se terminer début 2031.13

    J’ai donc interrogé la Ministre sur la politique d’acquisition d’oeuvres de la STIB, mais surtout sur la conservation et la restauration de ce patrimoine eu égard à l’état préoccupant de l’oeuvre de Folon.

    Certaines œuvres profitent du classement du lieu dans lequel elles sont placées à l’instar de l’œuvre Le Messager.

    Ce n’est pas le cas des autres œuvres de Folon et plus spécifiquement Magic City, située sur un tympan de la station Montgomery. Toutefois, si cette dernière n’est pas classée, elle fait partie, tout comme l’ensemble des œuvres d’art des stations de prémétro, de l’inventaire du patrimoine mobilier régional géré par urban.brussels.

    Magic City : les études et les restaurations se multiplient mais demeurent sans effet.

    L’oeuvre a fait l’objet d’études et de cinq restaurations entre 1975 et 2015, pour des montants allant de 1.500 euros à 50.000 euros. En 2019, un cahier des charges spécifique (cadre) a été établi pour les conservations et les entretiens préventifs dès que cela s’avère nécessaire, pour un montant de 26.000 euros (durée de trois ans et maximum deux fois par an en fonction des nécessités).

    De 1975 à 2022, le montant total des restaurations s’élève à 109.000 euros.

    Concernant sont éventuel démontage pour la stocker en lieu sûr en attendant sa réinstallation définitive, le projet se révèlerait très compliqué et risqué.

    Nous savions qu’il s’agissait d’une toile marouflée, mais nous avons appris qu’elle est directement collée sur le béton se qui rend son emplacement « définitif ».

    En attendant la rénovation de la station Montgomery, les problèmes d’étanchéité n’ont pas été résolus.

    Plusieurs tests ont été réalisés par des sociétés différentes afin de déterminer d’où proviennent les infiltrations. Deux pistes ont été approfondies : celle d’un problème d’étanchéité au niveau du bassin de la fontaine et celle d’un mauvais raccordement des égouts. « Aucun des tests menés n’a révélé une défaillance. Il en a été conclu que le problème se situe au niveau de l’étanchéité globale, étant donné que des infiltrations d’eau sont perceptibles à de nombreux endroits de la station. La solution durable serait de réaliser une étanchéité globale de la dalle de couverture du métro sous la voirie. »

    Gageons qu’une nouvelle restauration sera donc nécessaire à l’issue des travaux, vu l’état actuel de l’oeuvre.

    Le « nettoyage » répété de Magic City pose d’ailleurs la question des conséquences sur son état de conservation.

    « Ce nettoyage fréquent est très délicat compte tenu du caractère fragile de la couche centrale, affaiblie par l’humidité. C’est pour cette raison qu’est mis en place un contrat de conservation et entretien spécifique. »

    Ceci ne nous dit toutefois pas combien de temps encore, et malgré les précautions, la couche picturale pourra endurer un tel traitement.

    Ce contrat général de nettoyage des œuvres d’art a pris fin en février 2021. Dans le nouveau contrat, en cours d’instruction, le nettoyage de Magic City est prévu pour un montant estimatif de 2.600 euros pour trois ans, hors TVA.

    Concernant La Ville Magique, la Ministre a confirmé que Bruxelles-Mobilité a bien pris en charge le démontage, le stockage, les assurances et le remontage, ainsi que la restauration des carreaux abîmés.

    Rappelons également que La ville magique devrait être remontée et placée à l’horizon 2027.1

    Espérons donc que l’emplacement choisit est exempt d’infiltrations ou que les travaux entamés à cette date auront résolu ce problème.

    Le patrimoine artistique sur le réseau de la STIB

    Le réseau de la STIB compte 88 œuvres pérennes, 6 œuvres temporaires (Arts-Loi, Madou, 4 trémies), soit un total de 94 œuvres d’art, auxquelles il faut ajouter :

    • 4 scénographies thématiques, notamment dans les stations Simonis, De Brouckère, la Bourse-Grand-Place et Belgica ;
    • 5 espaces d’expositions dans les stations Hôtel des Monnaies, Gare du Midi, Bourse-Grand-Place, Botanique et Yser ;
    • 4 œuvres pérennes à l’étude ou en cours de réalisation aux stations Boileau, Parc, Osseghem et Toots Thielemans ;
    • 3 œuvres pérennes qui feront prochainement l’objet d’un appel à projets restreint à la Gare Centrale.

    Concernant l’existence d’un cadastre reprenant l’état de conservation et d’un programme de restauration, un état des lieux sur l’ensemble des œuvres d’art est réalisé tous les deux mois par un agent interne à Bruxelles Mobilité. En outre, la société chargée du nettoyage des œuvres d’art avertit également le fonctionnaire dirigeant du marché en cas de constatation de dégradations spécifiques comme du vandalisme ou des graffiti. Une intervention ponctuelle d’entretien et/ou de réparation a lieu dans les 24 heures qui suivent le constat.

    Un programme général de restauration est en cours de réalisation.

    S’agissant du classement, les œuvres d’art du réseau de métro bruxellois ne sont pas classées. Actuellement, seule la station Alma réalisée par l’architecte Lucien Kroll et faisant partie de la zone de protection, est inscrite sur la liste de sauvegarde.

    Avec un budget de 700.000 euros par an pour l’acquisition, la valorisation et la restauration des œuvres d’art, Bruxelles Mobilité confirme à travers la STIB, son statut de mécène artistique.

    Notons que le budget alloué aux restaurations est intégré au budget global.

    Le budget spécifique au nettoyage et à l’entretien des œuvres d’art fait quant à lui partie d’une autre allocation de base régionale et est estimé à 687.000 euros pour trois ans.

    En matière d’acquisition d’œuvres, Bruxelles Mobilité, en étroite collaboration avec la STIB et les communes, poursuit sa politique d’intégration d’œuvres d’art. Les procédures de sélection varient en fonction de la typologie de l’œuvre : pérenne, éphémère ou scénographique.

    Dans tous les cas, un comité de concertation composé des experts en art public, l’architecte du projet, ainsi que des représentants de Bruxelles Mobilité, de la STIB, du cabinet de la Ministre, des communes et des représentants du quartier permet d’examiner la pertinence de cette intégration.

    Les œuvres éphémères bénéficient d’une procédure simplifiée, car il s’agit généralement d’une opportunité liée à un événement, un projet didactique, sociétal ou similaire. Les projets scénographiques sont habituellement liés aux projets de rénovation de la station et peuvent traiter les différentes thématiques en lien avec l’aménagement du lieu et son contexte.

    Par rapport aux œuvres pérennes, l’objectif est d’acquérir des œuvres d’artistes belges ou ayant une pratique artistique en Belgique, de renommée internationale. Deux procédures spécifiques coexistent pour l’acquisition d’œuvres pérennes, à commencer par la procédure traditionnelle (avec chambre d’experts).

    Cette procédure s’appuie sur le comité de concertation, qui propose un artiste de grand renom le plus approprié pour la réalisation d’une œuvre dans un espace spécifique. Cependant, ce type de procédure ayant montré ses limites par le passé, elle est rarement appliquée.

    Actuellement, une nouvelle procédure veut que les artistes proposés par le comité de concertation soient soumis à la concurrence et doivent répondre à des critères bien précis, explicités dans l’appel à projets qui leur est fourni sous la forme d’un règlement.

    Les critères peuvent varier en fonction du projet, et le comité de concertation accompagne le processus de réalisation et d’installation de l’œuvre d’art.

    Si la STIB mène une politique d’acquisition d’oeuvres volontariste, elle doit impérativement veiller à la bonne conservation et à la restauration de ce patrimoine comme le révèle la situation catastrophique de Magic City malgré une restauration complète en 2015, pour un budget de 50.000 euros.

    Restaurer l’œuvre sans résoudre le problème à l’origine de sa détérioration relève du mythe de Sisyphe…

    Fréquentant régulièrement cette station de métro, je ne peux que constater à chacun de mes passages, le plafond décrépi en contact avec la fresque dont l’état se détériore.

    Il s’agit pourtant d’une œuvre magistrale, reconnue internationalement. Il faut impérativement trouver quelle est l’origine du problème et le résoudre.


    K. F. Pourquoi la restauration de la fresque de Folon dans la station Montgomery est un casse-tête Rtbf.be, 16/06/2021


    1 Ma. C. Folon à Bruxelles. DH Les Sports+, 21/10/2005
    2 Anne Shapiro Devreux. Brussels’ underground gallery. New York Times, 05/10/1986
    3 Identifiant Urban 44086
    4 Votre recherche selon le(s) critère(s)Folon Jean-Michel
    5 Bruxelles : « La Ville magique » de Folon va connaître une nouvelle vie dans la station de métro Montgomery. Rtbf, Belga, 02/03/2021

    6 http://weblex.brussels/data/crb/doc/2003-04/105976/images.pdf
    7 Pa. D. L’état affolant de la fresque de Folon. DH Les Sports+, 17/05/2013
    8 Session ordinaire 2008-2009 – 15 avril 2009
    9 http://weblex.brussels/data/crb/doc/2013-14/124166/images.pdf
    10 Commission de l’Infrastructure chargée des Travaux publics et de la Mobilité. Lundi 7 mars 2016
    11 C.R.I. COM (2017-2018) N° 129 18-06-2
    12 STIB : 58 millions d’euros pour rénover la station Montgomery BX1, 29/10/2020
    13 Bruxelles : « La Ville magique » de Folon va connaître une nouvelle vie dans la station de métro Montgomery. Rtbf, Belga, 02/03/2021

Comments are closed.