• La promotion et la formation liée à la livraison par vélos-cargos en Région de Bruxelles-Capitale.

    J’ai déjà eu l’occasion d’interroger la Ministre à plusieurs reprises sur ce sujet qui me tient à cœur1 2. Je reste convaincu de l’importance des déplacements et plus particulièrement de la livraison par vélos-cargos. Ils sont un moyen de lutter efficacement contre les embouteillages et la pollution. Ils permettent également une perspective d’emploi pour les personnes ne disposant pas du permis de conduire.

    Comme le rappelle fort justement GRACQ sur son site3 :

    « Le cycliste ne doit pas disposer d’un permis de conduire pour circuler à vélo. Cela ne le dispense pourtant pas de respecter le code de la route et les règles qui le concernent spécifiquement. »

    Toutefois, la conduite et le maniement d’un vélo-cargo chargé diffèrent de celle d’un vélo classique de par son poids et ses dimensions. Ainsi, un vélo-cargo à pleine charge peut peser plusieurs centaines de kilos et les distances de freinage sont plus importantes.

    Le catalogue Dorifor proposé par Bruxelles ne propose actuellement qu’une formation intitulée « Chauffeur livreur | Chauffeuse livreuse en permis B ».

    Selon le site de Bruxelles Mobilité, Bruxelles Économie et Emploi développera un système de primes pour promouvoir l’utilisation du vélo-cargo à usage professionnel.4

    Chez nos voisins, la création de formations au métier de cyclo-logisticien.ne est déjà bien avancée.5 6

    J’ai interrogé la Ministre sur la stratégie de développement de la livraison par vélos-cargos dans notre région et plus précisément sur :

    • la concertation éventuelle avec le Ministre Clerfayt, chargé de l’Emploi et de la Formation professionnelle sur ce dossier ;
    • les outils destinés à promouvoir et encourager la livraison par vélos-cargos ;
    • les formations existantes ou en phase de création ainsi que les conditions d’accès.
    • La Ministre m’a assuré que la formation est l’un des piliers du projet Cairgo Bike, coordonné par Bruxelles Mobilité.

    Des formations à destination des particuliers seront offertes par Pro Velo dès le mois d’avril 2021 et se poursuivront jusqu’à mi-2023, soit la fin du projet. Ces formations permettront d’aborder le Code de la route à travers une formation théorique et l’utilisation du vélo-cargo à travers une formation pratique.

    En 2021, Urbike accompagnera 39 entreprises ou professionnels désireux d’utiliser un vélo-cargo pour leurs livraisons ou leurs déplacements. Cet accompagnement inclut notamment une formation théorique et pratique, comme pour les particuliers.

    Un appel à manifestation d’intérêt pour cet accompagnement, lancé par Urbike et relayé par les partenaires du projet Cairgo Bike et de nombreux acteurs bruxellois : administrations, fédérations professionnelles, etc.

    Urbike, Bruxelles Mobilité et Bruxelles Environnement ont retenu 39 des 80 candidats, sur la base de la maturité de leur projet.

    Dès 2022, Urbike étendra les accompagnements à un plus grand nombre d’entreprise et partagera les bonnes pratiques relatives au changement logistique avec tous les consultants désireux de traiter cette question, et automatisera certains points grâce à la diffusion d’informations et d’un arbre décisionnel sur le site internet du projet.

    Les formations développées dans le cadre de Cairgo Bike sont destinées aux personnes déjà actives dans une entreprise souhaitant utiliser le vélo-cargo.

    La formation de chercheurs d’emploi représente toutefois un réel potentiel et sera examinée en cours de projet.

    Le projet Cairgo Bike constitue le levier essentiel pour promouvoir la livraison à vélo, à travers :

    • l’accompagnement offert par la coopérative Urbike ;
    • les subsides à l’achat proposés par Bruxelles Économie et emploi ;
    • le développement du stationnement dédié aux vélos-cargos organisé par parking.brussels et BePark ;
    • l’évaluation objective de l’impact du projet réalisée par Bruxelles Environnement et la Vrije Universiteit Brussel (VUB) ;
    • la communication active autour du projet portée par Bruxelles Mobilité.

    D’autres activités soutenues par Bruxelles Mobilité visent directement le développement du vélo-cargo, à savoir :

    • l’appel à projets Cargo Bike for Brussels à destination des communes ;
    • certains subsides octroyés à des associations sans but lucratif, comme le développement de Cozywheels – partage de véhicules entre voisins – par Taxistop, qui intègre désormais les vélos-cargos ;
    • les bourses de mobilité durable portées par le fonds de développement local Village Finance.

    De manière générale, la mise en oeuvre des actions de Good Move soutient le développement du vélo-cargo grâce, entre autres, à l’apaisement des quartiers, au développement de pistes cyclables et à la limitation de la vitesse à 30 km/h.

    Concernant les cargos-bikes de manière plus générale, j’ai rappelé à la Ministre que l’autorisation de remorques pour vélos plus larges dans le cadre du projet pilote de la Région avait fait l’objet d’un recours au Conseil d’état, le Fédéral contestant la compétence de la Région.

    L’arrêt rendu par le Conseil d’État en janvier 2021 annule l’arrêté du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale de 2019 relatif aux remorques plus larges pour bicyclettes, suivant en cela l’avis de l’auditeur.

    Toutefois, le développement du vélo-cargo à Bruxelles n’en est pas affecté. En effet, par Arrêté royal du 16 juin 2020, le gouvernement fédéral a adopté un régime similaire.

    Suite à mes questions, le bilan provisoire dressé en mars 2020 semblait positif concernant les vélos-cargos, mais aucune date n’était communiquée quant au bilan définitif.

    Aujourd’hui, presque un an plus tard, et malgré la situation liée à la pandémie, il était important de faire le bilan.

    Depuis mai 2019 et jusqu’à janvier 2021, une quarantaine de remorques plus larges ont circulé à Bruxelles, toutes des BicyLift de la marque FlexiModal. Elles ont déjà parcouru plus de 100.000 km et transporté entre 500 et 600 tonnes. La largeur de la remorque n’a pas provoqué le moindre accident.

    Les entreprises bénéficiant d’une autorisation sont les mêmes que l’année dernière. Bruxelles Mobilité ne dispose toutefois d’aucune information concernant le modèle de vélo-cargo servant à tracter la remorque. Ces chiffres n’auraient pas pu être atteints sans l’arrêté du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, annulé par le Conseil d’État.

    Je me réjouis que la Ministre soit aussi enthousiaste que moi envers ce projet. Dans quelques années, ce sera la norme. Nous devons donc préparer le terrain dans tous les domaines.

    La formation des particuliers est une très bonne chose. J’ai rencontré les gens d’Urbike il y a quelques années et leur projet est on ne peut plus pertinent. Toutefois, il semble surtout cibler les entreprises qui veulent développer les vélos-cargos en leur sein. Or, l’enjeu ne concerne pas que les infrastructures et l’homologation, il est aussi socio-économique.

    Ces projets sont porteurs d’emplois nouveaux. J’espère que ce secteur se développera durablement, mais il faut préparer les candidats intéressés.

    Il est primordial que les chercheurs d’emploi aient accès à ces formations.

    Corollairement, il faut réfléchir à la largeur des voies. Dans cinq ans peut-être, des vélos-cargos rouleront des deux côtés et les pistes cyclables devront être prévues pour les accueillir.

    Il existe évidemment différentes pistes cyclables. Quelques-unes sont assez larges, notamment les nouvelles pistes sur les tronçons de la Petite ceinture, d’autres méritent d’être élargies.

    Il faut chaque fois faire un choix et la Ministre est bien consciente que le travail n’est pas fini et ne peut affirmer que nous aurons dans le futur des pistes cyclables suffisamment larges pour accueillir tous les cyclistes et tous les vélos-cargos.

    Le règlement régional d’urbanisme (RRU) doit être amélioré et intégrer cet élément. Les pistes cyclables doivent aussi être pensées en fonction de l’avenir et le soutien auprès de toutes les communes bruxelloises sera nécessaire.

     


    1 Question orale concernant le projet Cargo Bike for Brussels.
    2 Question orale concernant les modes de transport de marchandises alternatifs.
    3 https://www.gracq.org/le-code-de-la-route
    4 Bruxelles mise sur les vélos-cargo pour améliorer la qualité de l’air. Bruxelles Mobilité
    5 cartonplein.org
    6 www.epec.paris/cyclo-logisticienne

Comments are closed.