• L’art dans l’espace public géré par la STIB

    Il y a quelques temps, j’interrogeais la ministre Elke Van Den Brandt sur l’état de la fresque Magic City située dans la station Montgomery ainsi que sur la sauvegarde de La ville magique, en passe de la rejoindre.

    Plus globalement ma question portait également sur la gestion du patrimoine artistique dans l’espace public géré par la STIB.

    Dans sa réponse, elle annonçait « un budget de 700.000 euros par an pour l’acquisition, la valorisation et la restauration des œuvres d’art » conférant « à Bruxelles Mobilité à travers la STIB, son statut de mécène artistique ».

    Elle évoquait également dans sa réponse qu’un « programme général de restauration est en cours de réalisation. »

    Hors, le budget 2022 ne semblait prévoir aucun crédit d’engagement lié à l’acquisition et l’installation d’œuvres d’art dans les infrastructures de transport public.1 Sur ce point, la ministre a pu me rassurer et confirmer que l’explication est en réalité « comptable » et liée à un changement d’allocation budgétaire.

    « En 2021, Bruxelles Mobilité a décidé d’éteindre l’allocation budgétaire 18.002.11.07.7340 pour les œuvres d’art. Cela ne veut pas dire que le budget est ramené à zéro, mais que tous les projets artistiques sont depuis imputés sur l’allocation budgétaire 18.002.11.05.7340. »

    Cela n’aura pas de conséquences sur le programme général de restauration et je m’en félicite.

    Un montant de 135.276,83 euros est alloué au programme suivant :

    • Parc : installation d’une bâche avec l’image imprimée de l’œuvre de Marc Mendelson en attendant la fin de la restauration, notamment pendant les travaux dans la station ;
    • Gare de l’Ouest, œuvre de Stephan Vanfleteren : placement d’un échafaudage pour le montage d’une photo restaurée ;
    • Gare du Midi, œuvre de Jacques Bage : placement d’un échafaudage au-dessus de l’escalier pour permettre la restauration et retour sur le rail du bas des panneaux ayant subi des actes de vandalisme ;
    • Bourse, œuvre de Paul Delvaux : placement d’un échafaudage au-dessus de l’escalier, afin de permettre la restauration de petits dégâts ;
    • Gribaumont, œuvre de Roger Nellens : placement d’un échafaudage pour la restauration et la conservation de l’œuvre ;
    • Schuman, œuvre de Pieter Vermeersch : placement d’un échafaudage au-dessus de l’escalator pour un nettoyage approfondi ;
    • Merode, œuvre de Jean Glibert : fixation des carreaux tombés et restauration ; – Montgomery, œuvre de Pol Mara : consolidation de la fixation des panneaux ;
    • Botanique, œuvre de Pierre Caille : placement d’une nouvelle vitre dans la vitrine, à la suite d’un acte de vandalisme ;
    • Vandervelde, œuvre de Paul De Gobert : placement d’un échafaudage pour la restauration de la partie au-dessus des voies ;
    • Anneessens, œuvre de Vincen Beeckman : remplacement de six panneaux abîmés.

    Le budget consacré au nettoyage s’élève à 233.331,15 euros.

    Pour les nouvelles œuvres, sont également prévus :

    • un appel à projets pour trois artistes (en cours) pour la gare Centrale, à hauteur de 25.000 euros par artiste ;
    • des dédommagements pour les finalistes à hauteur de 28.000 euros ;
    • 150.000 euros pour l’œuvre Toots Thielemans ;
    • 150.000 euros pour l’œuvre Annie Cordy ;
    • 50.000 euros pour la trémie Rogier.

    Pour les dynamiques culturelles :

    • nouvelle programmation pour l’espace Qartier à la Bourse : 112.500 euros ;
    • œuvre scénographique à la station Bockstael : 50.000 euros ;
    • espace culturel à la station Alma : 25.000 euros, à confirmer.

    Pour les restaurations :

    • Que la mer m’épargne de Jules Lismonde à la station Pétillon : 68.207 euros ;
    • Dyade à la station Parvis de Saint-Gilles : 2.000 euros ;
    • Carrelage Cinq à la station Merode : 4.000 euros ;
    • La Pietà d’Antoine Mortier à la station Yser : 20.000 euros en 2022-2023.
    • Hors visa : 50.000 euros.

    Les contrats de maintenance et d’entretien des œuvres d’art ont été engagés en 2021 comme suit : 135.276,83 euros pour de petits travaux et 233.331,15 euros pour le nettoyage.

     

     

    L’oeuvre de Folon

    Concernant mes questions au sujet de Magic City et de La Ville Magique, leur titre peut prêter à confusion et la réponse de la Ministre mérite quelques précisions…

    « La fresque La Ville magique ne souffre plus d’infiltrations et est en bon état. Le suivi est assuré par la restauratrice. L’œuvre a bien été inventoriée, démontée, nettoyée, restaurée par une restauratrice et entreposée dans un lieu sécurisé. L’ensemble du processus a été suivi par des représentants de la Fondation Folon. La réinstallation de l’œuvre doit être réalisée dans le cadre du projet de rénovation de la station Montgomery. Ce dernier prévoit la réalisation de l’étanchéité de la dalle de toiture de la station, ce qui exemptera l’espace de toute infiltration.
    L’œuvre Magic City a bien été inventoriée, démontée, nettoyée et restaurée par une restauratrice. L’ensemble du procédé a été suivi par des représentants de la Fondation Folon. La réinstallation doit bien entendu se faire dans des conditions optimales, après la rénovation de la station Montgomery.
    Tout est mis en œuvre pour que l’œuvre soit traitée avec le plus grand soin.»

    La Ville magique, est une fresque qui se trouvait jusque là dans un bâtiment appelé « Immeuble De Ligne » et qui doit être installée dans la Station Montgomery où se trouve déjà Magic City.

    J’avais eu la confirmation dans une réponse précédente que Bruxelles Mobilité allait effectivement prendre en charge le démontage, le stockage, les assurances et le remontage, ainsi que la restauration des carreaux abîmés.

    C’est partiellement fait.

    « L’œuvre a bien été inventoriée, démontée, nettoyée, restaurée par une restauratrice et entreposée dans un lieu sécurisé. L’ensemble du processus a été suivi par des représentants de la Fondation Folon. La réinstallation de l’œuvre doit être réalisée dans le cadre du projet de rénovation de la station Montgomery. »

    Toutefois, l’emplacement exact de sa nouvelle installation n’a pas été décidé pour les mêmes raisons qui font que Magic City est en péril.

    « L’essentiel est que la dalle de toiture soit rénovée. »

    En ce qui concerne Magic City et les problèmes d’étanchéité, suite à différents tests réalisés, nous apprenions il y a quelques temps que le problème se situerait effectivement « au niveau de l’étanchéité globale, étant donné que des infiltrations d’eau sont perceptibles à de nombreux endroits de la station. »

    La ministre ne semble toutefois s’alarmer.

    « La fresque est, quant à elle, en bon état, même si je vous accorde qu’elle mérite une meilleure conservation. »

    Notons par ailleurs que si la station Pannenhuis est la station bruxelloise plus photographiée sur Instagram, d’autres stations de métro sont également mises en avant sur Instagram, dont la station Montgomery pour l’oeuvre de Jean-Michel Folon2.

    Si l’on saisit évidemment l’aspect « instagrammable » de l’oeuvre de Folon, son état de conservation l’est beaucoup moins…

     


    1 Précédemment : 700.000€ à l’AB 18.002.11.07.7340 pour le budget 2021 et réduit à zéro pour 2022
    2 Isabelle Anneet.Pannenhuis, la station la plus photographiée sur Instagram. La Capitale – 12/11/2021

Comments are closed.