• Les chiffres liés à la pratique du vélo en Région de Bruxelles-Capitale

    On pouvait lire récemment dans la presse que les déplacements à vélo ont augmenté de 64 % à Bruxelles en 2020 par rapport à 2019. Ces données ont été obtenues par des comptages effectués sur les artères équipées de bornes de comptage automatique.

    On peut y lire également que « Le profil des cyclistes a par ailleurs évolué : plus de femmes alors que les cyclistes bruxellois étaient, avant, à 2/3 des hommes. »

    J’ai déjà eu l’opportunité d’interroger la Ministre sur les méthodes et les outils de comptage utilisés dans le cadres de statistiques centrées sur l’utilisation du vélo1 .

    Rappelons que jusqu’à présent les méthodes traditionnelles de collecte de données en matière de vélos comprennent, d’une part, des méthodes quantificatives, comme les comptages manuels et automatiques et, d’autre part, des méthodes qualitatives, souvent partielles, qui interrogent les utilisateurs sur leurs préférences et leurs habitudes.

    Or en 2019, l’Observatoire du Vélo a bénéficié d’un subside de 100 000 € comprenant également une étude sur les femmes et le vélo2 . La méthodologie reposait sur des déclarations via un formulaire.

    Une approche genrée

    Si la proportion de cyclistes masculins était de 2/3 « avant », on peut s’interroger sur répartition actuelle et les outils de mesures utilisés pour parvenir à ces conclusions.

    Une nouvelle étude qualitative réalisée dans le cadre de l’Observatoire du vélo serait donc la bienvenue.

    La bonne nouvelle, c’est que les chiffres de 2020 de l’Observatoire du vélo en Région de Bruxelles-Capitale devraient être diffusés par Pro Velo dans les prochaines semaines.

    La proportion était de 64 % d’hommes et 36 % de femmes en 2019. La répartition est enregistrée lors de comptages manuels à 26 carrefours, entre 8h et 9h, quatre fois par an.

    En 2020, l’enquête qualitative s’est penchée sur les enfants qui se déplacent à vélo à Bruxelles. Le rapport n’est pas encore disponible. Cette enquête était prévue dans la convention qui cadre l’Observatoire.

    La Ministre a précisé que la répartition hommes/femmes sera comptabilisée cette année comme les autres années, de même que le port du casque et le type de vélo, mais que l’analyse plus détaillée sera réalisée sur les enfants.

    Quid des compteurs ?

    Le coût unitaire d’un compteur cycliste s’élève à 90 000 €, installation comprise, et son entretien coûte 800 euros par an.

    Or il apparaît qu’en 2019, des compteurs de vélos ont été subsidiés3  l’un pour la commune de Forest (9 417 €) et l’autre pour la commune d’Uccle (10 000 €). Sur la carte dynamique Mobigis qui compte par ailleurs 17 compteurs et non 18, on peut relever un seul point de comptage, celui de la commune de Forest.

    J’ai donc demandé à la Ministre un point sur les compteurs et plus précisément :

    le nombre de compteurs financés par la Région ou par les communes ayant bénéficié de subsides régionaux ;
    le ratio des subventions accordées eu égard au budget global ;
    l’installation effective des compteurs éventuellement subsidiés ;
    la prise en compte des données des compteurs de Forest et Uccle dans les données annoncées au niveau régional tiennent.
    Les compteurs d’Uccle et de Forest sont les seules installations financées par la Région dans les communes. Il s’agit à chaque fois d’un subside qui couvre l’intégralité du coût du dispositif.

    Les compteurs qui apparaissent sur Mobigis sont les compteurs régionaux. Pour les deux compteurs communaux, rien n’est encore décidé quant à la transmission des données vers Mobigis.

    S’agissant des compteurs communaux, je suis favorable au partage de données entre autorités publiques. Nous sommes déjà peu de choses face aux “géants du net” !

    Cette décision appartient sans doute aux autorités communales de Forest et d’Uccle. J’invite donc la Ministre à consulter ses homologues, afin que nous puissions agréger toutes les données disponibles en vue de préparer au mieux le Bruxelles de demain, avec davantage de vélos.

    Notons que le rapport de 2020 de Bruxelles Mobilité sur les compteurs automatisés ne tient pas compte des compteurs de Forest et Uccle, puisqu’ils ne permettent pas la comparaison avec l’année 2019. Certains compteurs n’ont d’ailleurs pas été pris en compte, car ils n’ont pas été en service pendant toute l’année 2019.

    C’est pour cette raison que nous travaillons davantage avec des pourcentages, pour montrer l’augmentation, les chiffres absolus concernant certains points de mesure équipés d’un compteur automatisé.

    J’ai signalé à la ministre que, de ma propre expérience, j’ai constaté que le compteur de la rue de la Loi ne prenait en compte que l’ancienne piste cyclable, et non la “coronapiste”. La portée de ce compteur devrait donc vraisemblablement être élargie.

    Suite à ma remarque, le compteur de la rue de la Loi va être contrôlé pour éviter toute erreur dans les statistiques.

    Comme vous, je suis impatiente de connaître les chiffres de l’Observatoire du vélo en Région de Bruxelles-Capitale pour 2020 et je ne manquerai pas de les communiquer au parlement dès qu’ils me parviendront.

    Je me réjouis de découvrir les chiffres de cette nouvelle étude de l’Observatoire du vélo en Région de Bruxelles-Capitale pour 2020. La Ministre les communiquera dès qu’ils lui parviendront.

    Il convient certes de poursuivre les efforts pour promouvoir le vélo auprès de certains publics plus défavorisés qui ne l’utilisent pas tout en développant une approche genrée.

     


    1 http://www.parlement.brussels/weblex-quest-det/?moncode=148535&base=1&taal=fr
    2 https://servicepublic.brussels/wp-content/uploads/2020/04/Ordonnance-conjointe-publicité-Inventaire-Etudes-2019.pdf
    3 https://servicepublic.brussels/wp-content/uploads/2020/12/Ordonnance-conjointe-publicite-Inventaire-Subventions-2019-v2-1.pdf

Comments are closed.