• Marquage des pistes cyclables

    Marquage pistes cyclables

    Alors que ces dernières semaines tou.te.s les Bruxellois.es et usagers de la villes découvrent de Est-il besoin de rappeler la volonté de créer 40km1 de pistes cyclables en Région Bruxelles-Capitale ? Leur matérialisation passe par un dispositif qui comprend « de la peinture au sol et de la signalisation », ainsi que« des blocs de béton ».

    Le marquage au sol peut s’effectuer à l’aide de techniques et de produits divers2 et, parmi les produits de marquage qui répondent à des normes spécifiques3 4, on distingue :

    • Les peintures qui sont des produits liquides contenant des matériaux solides dissouts dans un solvant organique ou aqueux, et qui sont utilisées pour un marquage par projection sur pochoir.

    En fonction de la nature du solvant, on distingue donc deux sortes de peinture: les peintures à solvant et les peintures diluables à l’eau.

    Celles-ci peuvent également contenir des microbilles de pré-mélange.

    • Des produits thermoplastiques qui ne contiennent pas de solvants et sont fournis sous forme de blocs, de granulés ou de poudres portés à l’état fondu par chauffage pour pouvoir être appliqués.

    Si les thermoplastiques sont en théorie ainsi facilement recyclables, ils ne sont toutefois pas biodégradables et leur durée de vie peut atteindre plusieurs centaines d’années. Ces peintures de marquage routier font également partie des principales sources de microplastiques.5

    • Les enduits à froid qui sont des produits multicomposants qui forment sur le revêtement un film dur par réaction chimique lorsque les composants sont mélangés.

    Les peintures solvantées, en plus d’être nocives pour l’environnement, exposent également les ouvriers à des risques sanitaires lors de la pose.6 En effet, les solvants ont vocation à s’évaporer dans l’atmosphère et sont les principaux précurseurs de la formation de l’ozone troposphérique et des matières particulaires dans l’atmosphère, et donc les principaux ingrédients de la pollution de l’air.

    Les peintures à l’eau présentent, quant à elles, un intérêt certain pour l’environnement, puisque seule l’eau est rejetée dans l’environnement, que ce soit lors de l’application, comme lors des opérations de nettoyage. Toutefois, la mise en œuvre implique une utilisation lorsque la température au sol est supérieure à 10°C.

    Depuis le 1er janvier 2019, le SPW Mobilité et Infrastructures utilise la peinture à l’eau pour le marquage routier régional.

    J’ai interrogé la Ministre sur les marquages à effectuer.

    Concernant la matérialisation des pistes cyclables, nous avons appris que tout le marquage mis en place pour la création des pistes cyclables sera réalisé en peinture.

    Si les les volumes de peinture ne sont pas calculés, l’estimation pour l’ensemble des projets fait état de, 93 km de lignes, 10 000 logos vélo et 2 500m² de marquage de strié.

    Les pistes cyclables sont créées dans les mêmes conditions que les modifications de marquage et les rafraichissements annuels.

    De manière générale, Bruxelles Mobilité privilégie la peinture solvatée, notamment en raison de la sensibilité des peintures à l’eau aux conditions climatiques.

    Les conditions météorologiques permettant l’utilisation de peinture à l’eau sont plus contraignantes et ne permettent de garantir une campagne de rafraîchissement annuelle. Le marquage avec de la peinture à l’eau ne peut être réalisé que durant une période de 3 à 4 mois. En dehors de cette période, il estimpossible de faire du marquage en peinture sauf à utiliser de la peinture solvatée.

    Les paramètres clés qui influencent le temps de séchage sont les faibles températures de l’air et du sol, une humidité relative élevée, le point de rosée et la pluie.

    Le démarrage de l’application ne peut avoir lieu si de fortes pluies sont prévues dans les 2 heures et ne peuvent être appliquées qu’à une température de l’air comprise entre 10°C et 40°C.

    L’humidité de l’air a également une forte influence sur le temps de séchage et un accélérateur de séchage est à prévoir si, lors de l’application, l’humidité de l’air est supérieure à 80 %.

    Les billes réfléchissantes sont en verre conformément au cahier des charges technique, le CCT2015.

     



    1 https://www.lesoir.be/297567/article/2020-04-29/deconfinement-40-kilometres-de-pistes-cyclables-securisees-bruxelles-carte
    2 Marquages et éclairage des aménagements cyclables Réalisation : Centre de recherches routières à l’initiative de Bruxelles Mobilité.
    3 Les peintures de marquage sont décrites dans les normes européennes NBN EN 1871 et NBN EN 12802. Les produits thermoplastiques sont décrits dans les normes européennes NBN EN 1790, NBN EN 1871 et NBN EN 12802. Les enduits à froid sont décrits dans les normes européennes NBN EN 1436, NBN EN 1871, NBN EN 12802 et NBN EN 13212.
    4 Produits CCT Qualiroutes: Spécifications et certifications
    5 Les microplastiques dans les denrées alimentaires et l’environnement Laura McLACHLAN – Travail de fin d’études présenté en vue de l’obtention du grade de Médecin Vétérinaire ANNEE ACADEMIQUE 2018-2019
    6 Marquages routiers: des ouvriers très exposés – L’avenir – Emmanuel HUET – 26/11/2018
    7 La Wallonie, un exemple en France ! – Mégane LESCUT – SPW Mobilité et Infrastructures 08/06/2020

Comments are closed.