• Comptage passagers STIB

    Sécurité des usagers de la STIB : bien compter pour mieux planifier.

    La STIB invite ses voyageurs à consulter son application mobile afin d’être informés des horaires et perturbations éventuelles, et ainsi pouvoir planifier au mieux leurs voyages sur ses lignes. Un nouveau service, permettant d’avoir une indication sur l’affluence estimée sur une ligne ou à un arrêt du réseau, est également aujourd’hui disponible sur le site internet de la STIB.

    Les informations sont actuellement mises à disposition, sous forme de tableaux statiques, sur la page du site intitulée

    « La STIB vous indique les meilleures heures pour voyager en toute sécurité ! »

    Depuis la mi-septembre, des informations sur la fréquentation des lignes et des stations sont également disponibles via l’application mobile de la STIB.1

    La fréquentation prévisionnelle est basée sur un croisement entre les données des semaines précédentes et l’historique saisonnier. Les données récoltées sont issues des systèmes de détection de passage installés au niveau des portillons en station et des portes des véhicules pour les bus et trams. Aucune information à caractère personnel n’est récoltée dans ce cadre et les données sont totalement anonymes (comptage d’un volume de passages).2

    La STIB précise en outre que les données sont représentatives de la situation moyenne sur la ligne et qu’il est possible de rencontrer des taux d’affluence qui divergent de la moyenne calculée sur l’ensemble du trajet et des véhicules sur le tronçon emprunté.

    Toutes les lignes du réseau ne sont pas desservies par des véhicules équipés de ces capteurs de passage. Actuellement, 40% du parc des bus et trams sont équipés de capteurs de passage, qui permettent de mesurer le nombre de personnes à bord des véhicules. (La STIB a pour ambition de progressivement équiper l’ensemble de ses bus et trams de ce type de capteurs d’ici 2025).
    Les correspondances et certaines stations ne sont pas prises en compte.

    En résumé, les données sont donc informatives et à destination des usagers qui auront la responsabilité de planifier leurs trajets, sur base de couleurs, d’autant que depuis le lundi 4 mai, la capacité des bus, trams et métros n’est plus limitée.3

    J’ai déjà interrogé la Ministre au sujet du développement d’outils tels que l’application Smart Mobility Planner (SMOP)4. Rappelons que “Le projet de planificateur d’itinéraire intermodal SMOP vise à intégrer l’ensemble des données en temps réel des différents opérateurs de mobilité pour permettre à l’utilisateur de calculer à tout moment le meilleur itinéraire en transport en commun et mobilité douce (vélo et marche à pied).5
    Le projet se poursuit : d’une part, la version pilote développée est en train d’être transférée vers une infrastructure informatique gérée en commun par les quatre opérateurs belges de transports en commun, à travers le consortium Belgian Mobility Card (BMC) ; d’autre part, les quatre opérateurs rassemblent actuellement leurs besoins pour la version industrialisée du SMOP, afin de converger vers une liste de fonctionnalités prioritaires communes à développer, ainsi qu’un calendrier.

    La nouvelle fonctionnalité n’est pas comprise dans SMOP et n’a pas été développée en partenariat avec l’application dans un esprit de mutualisation. L’information sur la fréquentation des lignes et des stations est mise à disposition dans l’application, à travers l’infrastructure de la STIB, et elle est uniquement disponible dans les outils de cette dernière. Néanmoins, les données sont structurées de façon à être exploitées dans n’importe quel système et elles pourraient donc être intégrées dans le SMOP.

    Si la fréquentation prévisionnelle peut se comprendre en termes de planification de trajets, la question des informations en temps réel demeure importante. 
    Pour être utile aux clients, l’information sur la fréquentation en temps réel doit être fournie pour chaque véhicule, et les données traitées par un algorithme permettant de calculer l’occupation prévisionnelle d’un véhicule à un arrêt spécifique, sur la base de son occupation actuelle. Ce système complexe nécessite de récupérer une grande quantité de données brutes et de les traiter en temps réel, avant de les diffuser.

    Concernant la disponibilité des données en open data, la STIB explore les possibilités, ainsi que les canaux par lesquels l’information ainsi produite pourrait être rendue disponible..

    Les « prévisions » et leur fréquence d’actualisation font l’objet d’une réflexion de la STIB.
    Elle prévoit d’actualiser les données permettant le calcul des taux d’occupation régulièrement, à une fréquence adaptée en fonction de la situation du réseau, quand celle-ci évolue de manière significative pour des raisons prévisibles, comme les vacances scolaires, ou imprévisibles, comme la crise du coronavirus. À terme, il est prévu d’automatiser ce processus afin de pouvoir proposer une information actualisée quotidiennement.

    Même si le taux de Bruxellois·es équipé·es (Internet et Smartphone) est important, des moyens alternatifs d’information doivent être mis à disposition des usagers ne disposant pas d’un smartphone.
    Les voyageurs sans smartphone et sans ordinateur peuvent téléphoner au service client de la STIB, qui à ce jour, n’a reçu aucun appel pour obtenir cette information. La STIB travaille par ailleurs à donner l’information dans les stations et dans les véhicules, grâce à l’affichage et aux annonces vocales.

    Ce pose enfin la question de la technologie utilisée pour les capteurs de passage dans les véhicules et dans les stations.
    Les capteurs de passage au niveau des portillons et des véhicules utilisent une technologie à infrarouge indépendante de toute technologie dont disposerait le voyageur, telle que le Bluetooth ou le wi-fi.
    Les données brutes sont récoltées au niveau des portillons et des véhicules proprement dits avant d’être envoyées sur les serveurs de la STIB afin d’être validées. La technologie est identique pour les stations et pour les véhicules, même si l’équipement à infrarouge diffère.

     


     

    4 Question orale de M. Julien Uyttendaele à Mme Elke Van den Brandt, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles- Capitale chargée de la mobilité, des travaux publics et de la sécurité routière, concernant “la souveraineté numérique des autorités publiques et le développement d’outils tels que l’application Smart Mobility Planner (SMOP)”. Compte rendu intégral des interpellations et des questions, Commission de la mobilité, chargée des transports publics, des travaux publics et de la sécurité routière Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale. Réunion du mardi 21 janvier 2020

     

Comments are closed.