• Newb

    Soutien à la banque NewB par la Région de Bruxelles-Capitale

    Nous avons pu apprendre par la presse que NewB, le projet de banque éthique, locale, 100% tournée vers la transition énergétique et détenue par des Belges, va bientôt connaître son heure de vérité.

    La BCE a jusqu’au 24 février pour répondre à sa demande de licence bancaire. Un des points clé pour la réussite du dossier sera de réussir une levée de fonds de 30 millions € d’ici le 27 novembre.

    Cette banque plaide pour une certaine sobriété avec une tension salariale de 1 à 5, aucun bonus pour les dirigeants et l’absence de recherche à tout prix du rendement le plus élevé possible.

    Pour espérer obtenir une licence bancaire de la part de la BCE, NewB doit augmenter son capital de 30 millions € d’ici le 27 novembre. Les particuliers et organisations sont invités à souscrire via le site newb.coop.

    À ce titre, Finance.brussels, le bras financier de notre Région a pour mission de financer des projets bénéfiques pour notre région. Bien qu’un investissement dans le banque NewB ne sera pas « le coup du siècle », cette opération rencontre pleinement la philosophie qui doit être celle de cette opérateur régional dans ses décisions d’investissement.

    Dans sa réponse à une question d’actualité, la Secrétaire d’État indiquait son soutien à ce projet de nouvelle banque et espérait que Finance.brussels participe à ce dernier tour de table. Finance.brussels devait prendre sa décision durant la semaine du 18 novembre.

    J’ai interrogé la Secrétaire d’État afin de savoir si Finance.brussels avait pris contact avec NewB avant la deadline du 27 novembre en vue de rentrer dans le capital de la banque ou de participer par un autre moyen (obligations, obligations convertibles, prêt…) au lancement de NewB.
    Dans l’affirmative selon quelles modalités et dans la négative, quelles raisons auraient amené Finance.brussels à refuser de participer au capital d’un tel établissement de crédit?

    NewB avait introduit un dossier auprès de finance.brussels, qui a pris les contacts nécessaires avec la future banque avant la réunion de son conseil d’administration du 18 novembre. Lors de ce conseil d’administration, finance.brussels a décidé d’intervenir à concurrence d’au moins 400 000 euros et de tout au plus un million d’euros, selon les besoins de NewB.

    Non seulement un investissement régional a été réalisé, mais d’autres institutions publiques ont suivi, dont la Wallonie dans les dernières heures, ainsi que certaines universités. L’appel à participations s’est clôturé hier soir par un total de 34 76 920 euros.

    Un aspect qui a interpellé, était le projet de NewB d’investir dans l’économie réelle, avec la plus-value environnementale mais aussi sociale et sociétale, la lutte contre le réchauffement climatique et les investissements dans la transition énergétique, autant de notions qui rejoignent l’esprit de la déclaration de politique régionale.
    Il a semblé pertinent et logique de consentir cet investissement, à côté des investissements plus traditionnels réalisés par la Région via finance.brussels. L’histoire nous a montré qu’il était fréquent de voir les pouvoirs publics investir dans des banques et même procéder à des placements risqués.
    Les pouvoirs publics ne représentent qu’une partie du conseil d’administration de finance.brussels. La décision a bel et bien été prise par finance.brussels, ce dont le gouvernement se réjouit.
    Il faudra suivre l’évolution de NewB au cours des prochains mois car, désormais, il appartiendra à la BCE d’intervenir.

    Espérons que la banque pourra être créée dans le courant de l’année prochaine.

    En résumé, finance.brussels a versé 400 000 euros, sous la forme d’une entrée au capital et non d’une autre modalité.
    Dans le cadre de l’analyse financière, et des projections du retour sur investissement, la secrétaire d’État m’a confirmé qu’une analyse a bien été réalisée et qu’elle transmettrait la note.